• HYGIÉNISME | NATUROPATHIE | JEÛNE
    STAGES | COACHING HOLISTIQUE
< Retour

Jeûner pour calmer l'inflammation du système digestif

Laura s'accorde une parenthèse de 7 jours sans nourriture et sans téléphone

Laura, 34 ans, est venue expérimenter pour la première fois le jeûne. Elle met son corps et son esprit au repos et se coupe de toute sollicitation extérieure pendant une semaine. Elle témoignage de son expérience de jeûne.

 

Témoignage de Laura

 

Comment te sens-tu à la fin de cette semaine de jeûne ?

Très bien et libérée ! Libérée surtout de mon obsession de nourriture, du fait d'y penser tout le temps, de me demander ce que je vais manger aujourd'hui, combien de fois... Je me sens également bien à l'idée que dans le futur, je puisse me passer de manger sans soucis. Cela me procure un sentiment de liberté et de bien-être.

 

Moralement, comment t'es-tu sentie au cours du jeûne ?

Je suis passée par plusieurs phases. De manière générale, je me sentais très en sécurité, donc j'étais hyper bien. Je me sentais dans un cocon, dans la nature, chez vous... Chez vous, c'est une vraie bulle, une bulle d'amour et de bonheur ! C'est comme ça que je l'ai ressenti.

J'aurais voulu (mais c'est toujours pareil, c'est mon mental qui parle), être plus apaisée, mais c'est lié à mes angoisses. En gros, c'est mon mental qui me dit "fais-ci, fais ça, comme-ci, comme ça...". L'environnement m'a beaucoup aidé à lâcher prise : le gîte, la montagne. Je prends conscience à quel point cela peut aider. Et je n'aurais pas fait le jeûne seule, ce n'est pas quelque chose qui aujourd'hui me conviendrait. Pourtant, j'ai été agréablement surprise de sentir à quel point c'était facile de jeûner !

 

Quelles étaient tes représentations du jeûne ?

Je les ai presque oubliées ! C'est fou, j'ai oublié ce que j'avais en tête avant de venir. Je me suis posée la questions quand j'écrivais sur mon journal : dans quel état étais-je avant de venir ? Je sentais que je n'avais pas d'appréhension, je venais au stage d'un pas franc mais apaisé. Bien que je n'ai pas tant de craintes avant d'arriver ici, je n'imaginais pas ressentir une telle fluidité, ni une telle sensation d'être à ma juste place ici et maintenant.

 

Comment t'es-tu sentie physiquement au cours du jeûne ?

Cela a fonctionné par vagues. De manière générale, j'ai trouvé que jeûné était facile. Je n'ai jamais eu faim. Je n'étais pas d'une énergie incroyable mais j'avais des fenêtres où je me sentais très bien. C'est-à-dire que le matin je me levais souvent flagada, puis l'énergie revenait petit à petit. Hier, ça a été une super après-midi. Au retour de la balade, nous nous sommes posées dans le salon avec les filles en pensant dormir et lire. Finalement, on s'est mises à parler et c'était doux, c'était joyeux. C'était un moment où nous avons beaucoup partagé. J'aurais continué comme ça pendant des heures ! Il y avait le feu qui crépitait et nous avons vécu un moment authentique. Je te partage ce que j'ai écrit dans mon journal :

"Cette après-midi était douce. Malgré le vent, la température est agréable. Je reste un moment avec Christine à profiter de cet instant. Nous rentrons et allons nous allonger sur le canapé face à la montagne, un cadre d'une grande beauté. Samuel est venu raviver le feu. La chaleur nous enveloppe. Brigitte nous rejoint ; nous pensions nous reposer et lire, mais finalement nous partageons sur de nombreux sujets dont certains plus intimes. Le jeûne permet d'accéder à ses propres profondeurs mais aussi d'accéder un peu à celles des autres. Ce moment est si doux, nourrissant et joyeux !"

 

Quelles étaient tes motivations à jeûner ?

L'obsession de nourriture ! La lourdeur que je ressentais à l'intérieur de moi. Mon système digestif qui ne fonctionnait plus. Ma vie est très intense, et il y a trop de choses qui rentrent, je souhaitais donc vider quelque chose. Je me suis dit que si les émotions et le stress des autres rentrent à l'intérieur de moi, la seule chose que je puisse faire pour moi, c'est finalement de me mettre au repos.

 

Tu as souhaité couper ton téléphone durant tout le séjour. Comment l'as-tu vécu ?

Oui, je n'ai pas voulu de mon téléphone. Alors j'y pensais, c'est drôle. Je ne pensais pas au fait d'aller le voir et de le toucher, mais je me posais toujours la question de savoir s'il y avait quelque chose d'urgent, si quelqu'un ne va pas bien. Je crains encore de ne pas répondre aux sollicitations rapidement de peur que les gens s'inquiètent, ou encore simplement de ne pas répondre à l'autre en imaginant ce qu'il pourrait éprouver... Je me suis aussi demandée combien de messages j'allais recevoir quand je le rallumerai. Je ressentais comme une peur de ce qui allait remonter. Tout ça me fatigue beaucoup. D'ailleurs, j'ai supprimé tous les réseaux sociaux et Whatsapp. Je le remettrai demain mais il faudrait que j'apprenne à mettre tout ça de côté.

 

Quelles ont été tes sensations lors de la descente alimentaire ?

Je me sentais m'alléger, j'ai perdu 3 kg, mais je ressentais toujours cette lourdeur au niveau du ventre car je mangeais trop vite. Et malgré la descente alimentaire, mon système digestif n'encassait pas. Pourtant, cela me faisait beaucoup de bien de simplifier mes repas. Je me sentais plus claire d'esprit. C'était plus simple de faire à manger, et ça c'était agréable.

 

Quels symptômes as-tu ressenti durant le jeûne ?

Je ressentais cette sensation de lourdeur les deux premiers jours de jeûne, comme si j'avais l'estomac plein. Au bout du troisième jour, la sensation s'est allégée, ça fait du bien. C'est pour ça que j'ai presque un peu peur de reprendre de la nourriture. Je suis désormais très motivée pour mettre en place de nouvelles habitudes alimentaires.

J'ai eu des courbatures un peu dans tout le corps.

J'ai habituellement des mucosités de manière chronique dans l'arrière-nez. Un petit miracle s'est produit au milieu d'une balade. Je me suis mouchée (moment glamour attention), et pour la première fois depuis très longtemps, quelque chose est sorti de mon nez. Je pouvais enfin respirer, pas parfaitement, mais tellement mieux ! Mes sens, et plus spécifiquement mon odorat ont explosé, j'ai cru pouvoir sentir l'odeur de l'air, quelque chose de frais et de pur m'apportant une oxygénation incroyable en remontant dans mes narines.

 

As-tu aimé les activités que l'on a fait ensemble ?

Beaucoup !

C'était chouette de marcher, ça m'a fait un bien fou. Et de se dire que l'on a fait 30 km dans la semaine, j'étais fière de nous. Je me sens fière de mon corps en observant qu'il s'adapte aux changements. Quel outil merveilleux !

Tes ateliers m'ont beaucoup nourrie. Tu nous as donné plein de bonnes idées et nous avons construit plein d'outils dans le rire et le partage, c'était chouette. Cela m'a beaucoup plus car c'était varié et j'ai été très réceptive à tes partages que je trouve simples d'accès et compréhensibles. J'ai aimé ta patience et ton écoute attentive. J'ai un autre extrait de mon journal à te partager :

"Je ressens une immense gratitude pour Camille qui nourrit mon esprit, ma vitalité et mon corps de demain. Elle nourrit mon coeur d'amour pour mon environnement intérieur et celui qui m'entoure. Elle m'apprend le lâcher-prise, le respect de ce que je suis, la simplicité, l'authenticité et la patience. Son contact est d'un grand réconfort. Je termine la journée en me disant que j'ai beaucoup d'espoir en ma guérison et d'optimisme pour la suite et en la vie. Merci pour chaque minute passée ici."

 

Quelles sont tes perspectives pour la suite ?

Je souhaite passer moins de temps au travail, terminer beaucoup plus tôt mon boulot le soir. J'aimerais éliminer tout ce qui est superflu, ce qui est de trop, ce qui arrive en masse. Je voudrais prendre plus de temps pour moi et laisser plus d'espace pour le reste. J'espère aussi être moins sujette aux stress extérieur et intérieur. Globalement, je voudrais aller moins vite.

En ce qui concerne l'alimentation, je voudrais poursuivre le jeûne intermittent, c'est-à-dire ne manger des fruits que vers 11h. Je vais éviter de manger deux fois des féculents dans la journée. Je vais faire moins de grignotages : moins de petits gâteaux, moins de petits chocolats. Je vais m'autoriser quelques carreaux de chocolat, parce que j'aime ça, mais il faut que ce soit ponctuel et pas tous les jours. Je vais manger davantage de fruits et j'adore ça donc tant mieux ! Je vais essayer de dissocier certains aliments entre le midi et le soir pour simplifier mes repas.

 

Un message pour une personne qui se questionne sur le jeûne ?

N'aie pas peur ! Ton corps et ton esprit te remercieront.

 

Le mot de la fin ?

Liberté, gratitude et amour pour soi et pour les autres !

 


C'est encore mieux en images :


ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER !

Restez informés !